Petra Unesco 01 Header

Pétra : un trésor au milieu du désert

Pétra, Jordanie

Un trésor en plein désert

Pétra figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1985. Et ce n’est pas sans raison que la « ville rose » a été déclarée l'une des sept merveilles du monde moderne. Indiana Jones y a vécu d’inoubliables aventures. Tintin aussi. Mais elles font pâle figure par rapport à l’intense émotion qu’il y a à parcourir soi-même ce légendaire décor historique. Un plongeon dans le somptueux passé de l'une des plus belles perles du Moyen-Orient.

Petra Unesco 02 Map Fr
Petra Unesco 03 Bg
Tim Gerard Barker


Petra Unesco 04 Bg Half
Mark Hannaford
Petra Unesco 04 Img
Aleksandra H. Kossowska / Shutterstock

Entièrement construite à la main

La date d’arrivée des premiers habitants des montagnes jordaniennes du Djebel al-Madhbah, continue de faire débat parmi les historiens. Mais une chose est sûre : l’implantation des Nabatéens, environ quatre siècles avant notre ère, marque le début de l’histoire de la ville de Pétra (« rocher » en grec ancien). Ces nomades arabes furent tellement impressionnés par le grès rose qu’ils échangèrent leurs tentes pour une colonie permanente. Les bâtiments ont été littéralement taillés dans les roches à la main et au burin. Si vous regardez de près, vous verrez encore partout des trous de fixation des anciens échafaudages en bois.

Petra Unesco 04 Bg Half Mob
Mark Hannaford


Petra Unesco 05 Bg
Reynold Mainse / Design Pics



Petra Unesco 06 Bg Half

Une vision sublime

Pour visiter Petra, vous devez d'abord vous engouffrer sur 1 200 mètres dans un étroit et mystérieux défilé, appelé Siq. Cette faille naturelle est une des raisons pour lesquelles d'innombrables conquérants, dont Alexandre le Grand, n'ont jamais réussi à s’emparer de la ville.

Petra Unesco 06 Img
Aleksandra H. Kossowska / Shutterstock

Le premier monument qui surgit au bout de cette brèche rocheuse qui assurait la défense de la ville, est le temple Al Khazneh, haut de 40 mètres. Datant du Ier siècle après J.-C., il est de loin la sculpture la plus photographiée de Pétra. Mais ne croyez pas avoir tout vu. Continuez votre chemin sur quelques mètres et vous verrez se déployer sous vos yeux émerveillés une ville qui a abrité au faîte de sa gloire jusqu’à 60 000 Nabatéens.

Petra Unesco 06 Bg Half Mob
Petra Unesco 07 Bg
PRASIT CHANSAREEKORN


Commerce florissant

Pétra était le point de jonction des caravanes sur les routes des épices et de la soie. En raison de la demande grecque, égyptienne et romaine, notamment en encens et en soie, la colonie est devenue l'un des centres commerciaux les plus prospères de la région et la capitale florissante des Nabatéens. Même après l’annexion à l'empire romain en 106, Pétra a continué de prospérer. Son déclin s’est toutefois amorcé avec le déplacement des routes commerciales vers la mer Rouge. Après quoi, en 363, un tremblement de terre a détruit la ville.

Petra Unesco 08 Img
Nickolay Vinokurov / Shutterstock
Petra Unesco 09 Bg
Evan Lang / Gettyimages


Petra Unesco 10 Img 1
Hermann Erber / LOOK-foto

Les fouilles sont toujours en cours, mais 1 500 visiteurs sont aujourd’hui admis chaque jour. Si vous arrivez tôt sur les lieux, vous avez le décor historique pratiquement pour vous tout seul. Ou planifiez votre visite les lundis, mercredis ou jeudis lorsque la ville est illuminée, comme par magie, par des milliers de lanternes.

Des milliers de lanternes

Pendant des siècles, Petra semblait vouée à l'oubli. Jusqu'à ce que le géologue suisse Ludwig Burckhardt redécouvre la ville en 1812 et que les premières fouilles soient entreprises plus d'un siècle plus tard. Des chambres funéraires, des habitations troglodytiques, des temples, un monastère et un amphithéâtre sont progressivement exhumés.

Petra Unesco 10 Img 2
Petra Unesco 11 Bg


KLM

iFly Magazine

Moyen-Orient

Pour une expérience totale,
mettez le volume