01 Header

Santiags et musique country

Nashville : tout pour la musique

Une musique country contagieuse, des poulets épicés et l’héritage de Johnny Cash… Iris, notre reporter iFly, vient d’accomplir un formidable roadtrip empreint de musique et de nostalgie sur la I-40 Music Highway qui relie Memphis à Nashville. Cette édition raconte la seconde partie de son voyage.

Suivez le rythme
02 Map
Iris Profile

Texte et photographie
Iris van den Broek

Nashville est le berceau de la musique country tandis que le rock ’n’ roll puise ses racines à Memphis. Bien que la réalité soit plus nuancée, ces deux villes ont joué un rôle majeur dans la diffusion du blues, du rock ’n’ roll, du jazz et de la musique en général à l’échelle du globe. L’autoroute I-40, également baptisée Music Highway, relie ces deux cités légendaires. Un voyage au cœur de la musique, des saveurs et de l’histoire.

Première partie : Memphis

  • 03 Slider 1
  • 03 Slider 2
  • 03 Slider 3
  • 03 Slider 4
  • 03 Slider 5

Le ranch de Loretta Lynn

Puisque que j’ai laissé derrière moi le blues et la soul à Memphis, place à la musique country! L’immense ranch de la chanteuse Loretta Lynn, qui se dresse à Hurricane Mills, est un excellent point de départ. L’artiste fait encore aujourd’hui partie des étoiles au firmament de la musique country américaine. Même si en tant qu’européenne son nom m’était inconnu, c’est une légende aux États-Unis. Elle perce dans les années soixante et sort de nombreux titres à succès. L’excentrique Loretta a longtemps vécu dans ce ranch, entre les murs d’une superbe maison de planteur. Âgée aujourd’hui de 87 ans, elle s’est établie à Nashville. La maison est ouverte aux visiteurs, tout comme les musées installés sur la propriété qui renferment ses extravagantes tenues, ses disques et autres raretés.

04 Img 1
04 Img 2
04 Img 3

Une nuit à la campagne

Il est possible de passer la nuit au ranch en s’installant sur un camping, mais malheureusement pour moi, il n’y a plus une seule place de libre. Ce n’est pas si mal après tout, car je pars m’installer dans un adorable hébergement de Rock ’N Refuge, à une vingtaine de minutes de là. Une oasis de paix en plein cœur de la campagne du Tennessee. Ce B&B unique n’offre pas de chambres standard. Une maisonnette de Hobbit, une cabane dans les arbres et une capsule spéciale lune de miel font partie des options. Une nuit dans ces conditions va certainement booster votre compte Instagram !

04 Img 4
04 Img 5
04 Img 6
  • 05 Img Full

    Une réputation solide

    Je rejoins Nashville en voiture le jour suivant. Celle qu’on surnomme aussi la ville de la musique (Music City) est la seconde ville musicale du Tennessee. On raconte que Nashville compte plus de compositeurs et de musiciens par habitant que n’importe quelle autre ville au monde. Ici, tous les serveurs sont aussi chanteurs et le chauffeur Uber joue le soir dans un groupe. Ils attendent tous le grand jour où ils vont percer… Maintenant que j’y pense, Nashville est un peu le Hollywood de l’industrie musicale. Une ville de taille moyenne avec une réputation XXXL !

    06 Img 1
    06 Img 2

    Le temple de la musique country

    Le Grand Ole Opry est le Saint Graal de Nashville. Des panneaux annoncent la couleur dès votre arrivée en ville : « Nashville, ville de la musique, patrie du Grand Ole Opry. » Toutes les stars qui de près ou de loin ont affaire à la musique country se sont produites au moins une fois dans cet imposant complexe. Le Grand Ole Opry Show est un programme de musique country radiophonique hebdomadaire diffusé à l’échelle nationale depuis 1925.

    07 Bg
    07 Img

    Toutes les stars du genre vous le diront : quand elles étaient jeunes, elles s’agglutinaient autour du poste de radio pour écouter leurs idoles. Au départ, le spectacle avait lieu dans les murs de l’illustre auditorium Ryman, mais en 1974, il déménage vers la Grand Ole Opry House. Ce qui est drôle, c’est que le programme radiophonique existe encore et qu’il est possible d’assister à sa diffusion dans l’impressionnant auditorium. Les artistes célèbres se produisent et de temps à autre, des publicités sont lues en directe dans un micro. Pas de jingles ultramodernes ni de paillettes, tout se fait à l’ancienne.

    08 Img
    • 09 Img Full

      Honky Tonk Highway

      Les lundis soirs sont généralement assez déprimants, mais Nashville échappe à cette fatalité. On remarque à peine la différence avec un samedi soir. Encore mieux : on remarque à peine la différence entre un lundi matin et un lundi soir, mis à part le fait que le soleil a disparu. Nashville respire la musique, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Les honky tonks du boulevard Broadway, que l’on surnomme ici Honky Tonk Highway, ouvrent à onze heures du matin et carburent jusqu’aux petites heures du jour suivant. D’après le site internet du syndicat d’initiative de Nashville, un honky tonk est un établissement qui possède au moins une scène, qui sert des boissons fraîches et qui fonctionne toute la journée, tous les jours de la semaine. Le soir tombe alors que je parcours cet incroyable boulevard. Son ambiance est sonore, colorée, diverse et disons-le, un brin hystérique.

      • 11 Slider 1
      • 11 Slider 2
      • 11 Slider 3
      • 11 Slider 5
      12 Img 1
      12 Img 2

      De nombreux bars à musique ont construit leur scène près de la fenêtre, et comme le climat local est humide, elles restent en permanence ouvertes sur la rue. Cette situation provoque une véritable cacophonie musicale et une promenade sur le boulevard Broadway équivaut à un concert live en bonne et due forme. Dans chaque embrasure de fenêtre, je découvre un autre groupe et un autre genre musical. Car on ne joue plus seulement de la musique country à Nashville, même si cette dernière continue à dominer le paysage.

      12 Img 3

      Un hôtel de charme

      Le jour suivant, je me réveille dans mon petit hôtel de charme : The Germantown Inn. Cet établissement confortable établi dans une bâtisse qui date de 1845 se niche au cœur du quartier pittoresque de Germantown, un peu à l’extérieur du centre. Il ne propose que dix chambres, toutes nommées d’après un président américain. L’ambiance est décontractée et savoureusement familiale. J’y reprends mon souffle après m’être immergée dans l’agitation urbaine, mais je n’ai besoin que d’un quart d’heure à pied pour rejoindre le centre-ville. Les frais de stationnement dans le centre étant vertigineux, cette proximité est un avantage plus qu’appréciable.

      12 Img 4
      12 Img 5
      13 Bg
      13 Img
      • 14 Img Full

        Petit-déjeuner chez Biscuit Love

        Prendre un bon petit-déjeuner est une nécessité dans une ville où l’on peut passer d’un bar à l’autre dès onze heures du matin. Bien que mon hôtel serve un petit-déjeuner tout ce qu’il y a de plus correct, une bonne âme m’a suggéré de me rendre chez Biscuit Love, dans le quartier branché de The Gulch, pour un petit-déjeuner sudiste avec une touche de modernité. Les biscuits font partie intégrante du premier repas de la journée dans le sud des États-Unis. Ces petits pains aérés faits à base de pâte à biscuit sont servis avec des garnitures salées ou sucrées. J’en choisis un fourré au mascarpone au citron et servi avec une compote de groseilles, ainsi qu’un Bonuts, une pâte à biscuit frite trempée dans le sucre. Tout ça va me permettre de tenir un moment.

        16 Bg
        16 Img Biscuit Love
        17 Img Nashville
        18 Bg
        18 Img 1
        18 Img 2
        • 19 Img Full

          L’homme en noir

          Je suis de retour sur le boulevard Broadway car dans une rue transversale se trouve le musée Johnny Cash. Bien que ce dernier ne soit pas né à Nashville mais dans la petite ville proche de Hendersonville, qu’il n y ait jamais vécu, son parcours a littéralement déteint sur la ville. Celui que l’on nommait l’homme en noir est peut-être l’artiste de musique country le plus connu au monde. Son succès a propulsé la filiale du label Columbia Records de Nashville vers des sommets inégalés, fait naître une communauté de compositeurs et placé Nashville sur la carte des États-Unis en tant que ville de la musique.

          20 Img 1
          20 Img 2

          Bien entendu, Opry ne lui était pas inconnu. En 1956, il s’y produit pour la première fois sur la scène de l’auditorium Ryman où sera par la suite organisé un spectacle entièrement dédié à l’homme en noir. Le petit musée accueillant résume sa vie sans sombrer dans le gigantisme.

          20 Img 3
          20 Img 4
          • 21 Img Full

            Des fresques murales musicales

            La musique, la musique country en particulier, marque de sa présence le paysage urbain de Nashville. À côté des nombreuses boutiques de santiags et de chapeaux de cow-boys, souvenirs ultimes, je me cogne sans cesse à de superbes fresques représentant des musiciens, des guitares, ou déclarent leur amour à la ville de la musique.

            22 Img 1

            Sur le « Legends Corner », je retrouve Loretta Lynn et Johnny Cash, accompagnés de Dolly Parton, Taylor Swift et une poignée d’autres stars du country qui ne me disent pas grand chose mais que les fans de musique country n’auraient sûrement aucun mal à reconnaître. Dans le très branché quartier « 12th South », j’aperçois la célèbre fresque « I believe in Nashville » et sur la Jefferson Street, une très belle peinture représentant un groupe de musiciens.

            22 Img 2
            22 Img 3
            • 23 Img Full

              Musique bluegrass au Station Inn

              Ce soir, je m’offre un vrai classique régional, le hot chicken, un poulet grillé épicé. Le restaurant Hattie B’s est à Nashville the place to be en la matière. Bien que l’établissement soit ni plus ni moins qu’un fast-food, le poulet est à s’en lécher les doigts. À vous de décider à quel point vous le voulez piquant. La gamme va de ‘doux’ (Mild) à ‘terriblement épicé’ (Damn Hot!), et même ‘ferme ton clapet, ça brûle’ (Shut the cluck up!!! Burn notice). Je choisis prudemment la version Mild avec un pudding à la banane en dessert, un autre plat typiquement sudiste.

              24 Img 1
              24 Img 3
              24 Img 2

              L’estomac bien rempli, je me dirige vers The Station Inn, ma dernière étape à Nashville. Cette petite salle de spectacle intimiste accueille chaque soir des concerts live de musique bluegrass. Les artistes ne sont pas figés sur la scène et se mélangent souvent au membres du public. Comme pendant la session de jam hebdomadaire à laquelle j’assiste par exemple. Dans une ambiance informelle, des musiciens venus des environs jouent en cercle. La porte du fond s’ouvre de temps à autre et un joueur de guitare ou de banjo rejoint la compagnie. C’est une sorte de patchwork à base de fragments de différents styles musicaux, qui donne le premier rôle à des instruments tels le banjo, la mandoline, le violon, la guitare et la contrebasse.

              24 Img 4
              24 Img 6
              24 Img 5

              Le décor intérieur du Station Inn est sommaire. On ne peut pas parler d’aménagement proprement dit : je suis assise sur une chaise déglinguée devant un alignement de tables réunies par hasard. La musique est la seule star des lieux. Nashville jusqu’au bout des ongles. Et la meilleure façon de conclure un voyage inoubliable.

              • 25 Img End

                Loading...

                iFly KLM magazine est en cours de téléchargement