St Petersburg 00 Header

Saint-Pétersbourg

Majestueuse métropole

Partez découvrir Saint-Pétersbourg en compagnie du journaliste Ivo Weyel. Une ville de conte de fées qui vénère l’art et l’histoire, où les petits restaurants branchés vous accueillent dans la convivialité et les œufs de Fabergé sont à portée de main. Enfin... presque !

Poursuivez la lecture
St Petersburg 01 Map Fr

Il est des villes où l’on se rend pour flâner sur les places, se perdre à loisir et prendre du bon temps quelques jours. Saint-Pétersbourg est d’une toute autre trempe. Même si vous êtes libre d’y faire ce que vous voulez, la cité mérite une immersion totale. Pour profiter à fond de ce creuset artistique et culturel bouillonnant, il est utile de se préparer à l’avance car le séjour s’annonce intense, tant au niveau des expériences que des kilomètres à parcourir.

  • St Petersburg 02 Img1

    Des levers de soleil prodigieux

    Mon hôtel, le Grand Hotel Europe, me propulse immédiatement au cœur de l’histoire de Saint-Pétersbourg. Ouvert en 1875, l’établissement aux façades et au décor merveilleusement préservés servait de pied-à-terre au tsar de Russie. Ma suite porte le nom du romancier du 19è siècle Fyodor Dostoïevsky (1821-1881), dont les œuvres sont rangées dans la bibliothèque à côté du minibar. À seulement quelques rues de là, un musée consacré à ce géant de la littérature se cache entre les murs de son ancien appartement. Tous les vendredis soirs, les dîners de l’Europe (le restaurant de l’hôtel), sont agrémentés d’un ballet classique : les soirées Tchaikovsky Night.

    St Petersburg 03 Img1
    St Petersburg 03 Img2

    Une allure nonchalante et des manières gracieuses

    Je suis accueilli avec un verre de vodka glacée et un œuf à la coque coiffé d’une généreuse cuillerée de caviar rutilant. Voici Saint-Pétersbourg l’hospitalière, un lieu bien différent de Moscou où l’argent frais et les contrats sans pitié mènent la danse. Saint-Pétersbourg exhale l’allure nonchalante et les manières gracieuses propres aux vieilles fortunes. Elle revendique un caractère qui lui donne une place à part à l’échelle de la nation. La population est amicale et polie et les valeurs séculaires transmises par l’art et la culture qui les environnent depuis des siècles se reflètent dans leur esprit d’ouverture, prouvant que l’art est un facteur réellement fédérateur. La Neva, rivière au cours imposant, connaît des tourbillons si rapides qu’on peine à imaginer qu’ils puissent geler en hiver. Plus grandioses les uns que les autres, des palais aux couleurs de bonbons bordent ses berges, un héritage transmis par les familles nobles qui y résidaient au 18è siècle.

    St Petersburg 04 Bg
    St Petersburg 04 Img1
    St Petersburg 05 Img1

    Saint-Pétersbourg exhale l’allure nonchalante et les manières gracieuses propres aux vieilles fortunes

    La cité des ponts

    Des ponts monumentaux relient les berges de la Neva et leurs sublimes dorures les ont transformés en destination touristique à part entière. La nuit surtout, d’avril à novembre, quand les ponts profitent d’un éclairage romantique et qu’il s’ouvrent pour laisser les bateaux poursuivre leur route vers la Volga. Si rôder la nuit n’est pas votre tasse de thé, levez-vous aux aurores car les levers de soleil sur la rivière emballeront votre imagination. Les nuits blanches de Saint-Pétersbourg, un phénomène naturel dû à la proximité du cercle polaire arctique, sont tout aussi célèbres. Pendant l’été, le soleil ne se couche jamais tout à fait. Ce miracle est célébré par une myriade de festivités au cours de la seconde moitié du mois de juin, attirant des visiteurs venus du monde entier.

    St Petersburg 06 Bg

    Le musée d’État de l'Ermitage

    Les stations de métro sont un autre trésor de la ville de Saint-Pétersbourg. Leur splendeur rappelle celle des salles de musées et du temps de Staline (1878-1953), on les appelaient le palais du peuple. La visite de la station Avtovo aux allures de cathédrale est un must. J’emprunte le métro vers la destination phare de la ville : le musée d’État de l’Ermitage. Il occupe six bâtiments historiques sur le quai du Palais, y compris la résidence d’hiver du tsar, des lieux qui n’ont sûrement pas été bâtis au départ pour que des roturiers y passent la journée. Avec plusieurs dépendances à l’étranger, l’Ermitage est l’un des plus anciens et des plus grands musées au monde et sa gigantesque collection est en grande partie due à l’amour que Catherine II portait aux arts et aux dépenses. L’impératrice russe ayant accru sa fortune et son pouvoir à l’époque où de nombreuses familles nobles et royales s’appauvrissaient, ces dernières n’hésitèrent pas à vendre leur collection d’art et d’antiquités à l’avide tsarine. D’autres trésors rejoignirent la collection à une époque ultérieure.

    St Petersburg 06 Img1

    Nouvelle-Hollande

    Le jour suivant, un taxi me conduit à l’autre bout de la ville, vers l’un des quartiers montants de la ville où le Saint-Pétersbourg branché s’épanouit. Le projet, connu sous le nom de New Holland, doit son nom au chantier naval où des charpentiers hollandais aidèrent dès 1704 à la construction de la flotte russe. Ou ’des’ flottes pour être précis, car il s’agissait tant de bateaux de guerre que de navires marchands. Pierre le Grand fit venir ces charpentiers de Hollande et les logea dans une enclave improvisée. La zone récemment réhabilitée est aujourd’hui dotée de vastes parcs élégants et de bâtiments rénovés accueillant des galeries, des théâtres, des bars et des boutiques branchées.

    St Petersburg 07 Img1
    St Petersburg 07 Img2

    Il y règne une ambiance très animée, surtout le week-end, et la jeunesse employée dans les différents établissements se fait un plaisir de vous conseiller sur les restaurants et clubs à fréquenter. C’est ainsi que je finis par pousser la porte de Hamlet + Jacks, un restaurant caché dans une ruelle sombre que je n’aurais probablement pas repéré sans aide. Cet petit établissement contemporain est vraie merveille (et quoi qu’il arrive, n’omettez pas de commander leur carpaccio sibérien !). Je découvre rapidement que la jeunesse s’enorgueillit tout autant du passé historique de la cité, m’indiquant différents palais - transformés en musées - autrefois habités par de célèbres citoyens. « La révolution des arts visuels a démarré à Saint-Pétersbourg » me déclare Anna, qui travaille au centre d’information des visiteurs de Nouvelle-Hollande. « C’est ici que Malevitch (1878-1935) expose pour la première fois son fameux Carré noir sur fond blanc en 1915, tout premier pas de l’art abstrait. »

    St Petersburg 08 Img1

    À la place du tsar

    Anna me recommande fermement d’assister à un ballet ou un opéra au théâtre Mariinsky qui date du 19è siècle. C’est ce que je m’empresse de faire le soir même, installé dans la loge impériale. Une expérience incroyable. Et pas uniquement parce qu’avec ses plafonds, ses colonnes, ses salles et ses couloirs richement dorés le théâtre exhale la splendeur d’antan, permettant facilement d’imaginer des nobles déambulant pompeusement pour être remarqués ; mais aussi parce que je suis assis exactement à la place du tsar. Une dimension supplémentaire, vous en conviendrez.

    • St Petersburg 09 Img1

      De folles dépenses

      Les boulevards Nevski Prospekt et Bolshoï Prospekt regorgent littéralement de boutiques de souvenirs et je décide de leur échapper en sautant dans un taxi qui m’emmène au couvent Smolny, à environ 20 minutes de route. C’est l’un des premiers bâtiments baroques de Saint-Pétersbourg. Avec sa façade bleu ciel, son allure de gâteau étagé, ses dômes, ses coupoles dorées et ses adorables chérubins de plâtre, le tableau est si intrinsèquement russe que je ne peux m’empêcher de marcher la bouche ouverte. Le couvent fut bâti sous le règne d’Élisabeth de Russie (1709-1762), fille de Pierre le Grand dans l’objectif d’initier les jeunes filles de la noblesse aux joies d’une vie pieuse et respectable. Catherine II qui lui succéda accordait moins d’importance à ces valeurs ainsi qu’au baroque et la construction s’arrête brutalement. Un siècle de plus sera nécessaire pour achever le clocher sous le règne de Nicolas (1796-1855).

      • St Petersburg 10 Img1

        Les poupées russes

        J’ai rarement visité une ville aussi stratifiée que Saint-Pétersbourg. La comparaison avec les matriochkas – fameuses poupées de bois s’emboîtant les unes dans les autres – vient immédiatement à l’esprit. Il y a l’époque des tsars, le riche passé artistique, la guerre, la paix, et une interprétation unique de tous ces éléments qui imprègnent la vie moderne de la cité. Saint-Pétersbourg célèbre la gastronomie moderne avec une pointe de désuétude. Des DJ branchés se produisent dans des palais historiques. Et la manufacture impériale de porcelaine fondée en 1744 pose désormais des pièces avant-gardistes sur votre table.

        Une ville intrinsèquement russe, c’est ce qui définit le mieux Saint-Pétersbourg !

        Loading...

        iFly KLM magazine est en cours de téléchargement