One Story Burning Man 01 Header

Folie désertique dans une cité éphémère

Folie désertique dans une cité éphémère

Burning Man

Chaque année, des milliers de personnes se rassemblent dans le désert de Black Rock au Nevada pour y bâtir une cité éphémère : Black Rock City. Au bout d’une semaine, la ville a entièrement disparu. Bienvenue à Burning Man.

« Burn the Man! »

Une expérience unique

Comment définir Burning Man ? Comme un festival artistique ? Une cité éphémère ? Une expérience sociale ? À chacun son interprétation. Même au bout de 30 ans, il est impossible d’ignorer sa célébration dans l’État du Nevada aux États-Unis. Une chose est sûre, l’évènement est unique au monde : nulle part ailleurs, la rencontre entre l’expression personnelle et l’esprit de communauté ne donne naissance à une aventure aussi créative et déjantée.

Header Burning Man
One Story Burning Man 03 Pop
Scott London

Un homme en bois de recyclage

Quand deux amis de San Francisco décident de construire la statue d’un homme en bois au cours de l’été 1986, ils sont loin d’imaginer qu’il prélude à la création d’un évènement emblématique. Rapidement, ils décident de l’incendier sur la plage, et les passants accourent pour assister au spectacle, en proie à son formidable pouvoir d’attraction. Une tradition est née. En 1990, pour des raisons logistiques, le feu de joie s’installe dans le désert du Nevada.

One Story Burning Man 04 Tien Deugden
Scott London

Les 10 principes de l’évènement

Dans l’immensité du désert de Black Rock, l’évènement grandit à une vitesse fulgurante. La fête qui rassemblait au départ une poignée de participants et un homme de 2,50 mètres se déroule désormais à Black Rock City, une ville dont les 65 000 habitants allument un brasier haut de 40 mètres. Sa philosophie se résume en 10 principes. L’argent n’est pas toléré. La prodigalité et l’amour du prochain sont les principes fondateurs de la cité. L’esprit de communauté et la liberté d’esprit y sont également tenus en haute estime.

One Story Burning Man 02 Superzoom Stroke Bg
One Story Burning Man 02 Superzoom Stroke Bg
One Story Burning Man 05 Burners 1
Scott London

Au-delà des apparences

Toute personne qui met les pieds dans le désert de Black Rock au cours de cette fameuse semaine du mois d’août a l’impression d’atterrir sur une autre planète. Tout d’abord en raison du paysage aride qui s’étend à perte de vue. Mais peut-être encore plus à cause des tenues extravagantes adoptées par les participants. Ici, aucun regard de jugement n’est porté, et l’originalité des déguisements dépasse l’imagination. Pendant que l’un se promène en tenue de panda avec une parure de plumes, l’autre porte un bikini de fausse fourrure et un casque d’astronaute. La plupart des participants ne porte presque rien, car tout est permis à Black Rock City.

One Story Burning Man 05 Burners 2
One Story Burning Man 06 Kunst Kitsch
Scott London

L’art poussé à son paroxysme

Même si Burning Man est bien plus qu’une rencontre artistique, l’art et la culture – dans le sens le plus large du terme – forment la colonne vertébrale de l’évènement. Mentionnons tout d’abord les immenses sculptures sacrifiées par le feu à la fin de la semaine, y compris un temple de bois où les visiteurs peuvent déposer leurs plus grands états d’âme.

One Story Burning Man 07 Kunst Kitsch 1
Scott London
One Story Burning Man 07 Kunst Kitsch 2
Scott London

L’art de la performance est aussi à l’honneur. Les « burners » peuvent prendre part à une multitude d’ateliers et de représentations, des plus drôles aux plus sérieux : yoga du rire, lancer de couteaux, défilés de mode, séances de câlins et partie de balle au prisonnier avec un projectile enflammé. Un peu de musique vous ferait plaisir ? Black Rock City ne dort jamais. À tout moment, vous pouvez rencontrer des fans de techno en transe ou manquer de vous faire écraser par un vélo discothèque.

One Story Burning Man 07 Kunst Kitsch 3
Scott London
One Story Burning Man 09 Burning Man
Scott London

Brasier final

Tout mène inéluctablement vers l’évènement qui marque la fin de la semaine : l’embrasement de l’homme d’osier. L’effigie haute de plusieurs mètres, qui a veillé sur les lieux pendant toute la durée du festival, est sacrifiée le dernier soir comme le veut la tradition. Il ne doit rien en rester. Les visiteurs sont également attentifs à ne laisser aucune trace de leur passage. Au bout d’une semaine, la ville expérimentale disparait corps et biens. Black Rock City ? Cette ville n’est pas sur la carte...

KLM

iFly Magazine

Julliet 2016

Pour une expérience totale,
mettez le volume